Mars 2021 : le mois pour préparer un jardin accueillant

Le CPIE déploie le dispositif un « Carré pour la Biodiversité » en Deux-Sèvres, un Observatoire Local de la Biodiversité porté par l’Union Nationale des CPIE.

Il existe, en France métropolitaine, probablement plus de 10 000 espèces d’insectes qui participent à la pollinisation : abeilles, bourdons, guêpes, mouches, papillons, scarabées, etc… Sans eux 80% des plantes à fleurs ne produiraient pas ou peu de fruits. Pourtant, en Europe, 37% des populations d'abeilles, sauvages et domestiques, et 31% des papillons sont déjà en déclin, tandis que 9% de ces espèces sont menacées d'extinction.

Pour préserver ces butineurs essentiels, le CPIE a décidé d’impliquer les habitants, les écoles, les entreprises et les collectivités. Préserver nos pollinisateurs, c’est penser à leur fournir le gîte et le couvert dans nos jardins et espaces verts. Pour cela, le CPIE accompagne les citoyens à mieux prendre ne compte les liens entre plantes et pollinisateurs, par exemple les papillons. Avant de devenir papillon, la chenille était un oeuf, et cet oeuf a été posé sur une « plante hôte ». Cette plante hôte est choisie en fonction de l’appétence de la chenille, par exemple la chenille du Paon de Jour ne mangera que de l’ortie ou du houblon. Ainsi, le dispositif « Un carré pour la Biodiversité » permet de laisser des plantes spontanées et sauvages dans son jardin, et répondre aux exigences de notre biodiversité locale.

Protéger les pollinisateurs s’est facile, il suffit de maintenir un habitat idéal dans lequel les insectes vont trouver le gîte et le couvert. Le programme « Un Carré pour la Biodiversité », est un outil qui propose d’agir en faveur des espèces animales et floristiques locales. Pour cela, une méthode simple : pour créer un carré, il suffit de laisser un espace de végétation de 4m², de remplir le bulletin de participation, et de laisser évoluer seul ce carré (sans coupe, ni engrais, ni pesticide) jusqu’à la fin de l’été. Le carré peut devenir un véritable support d’observation de la biodiversité et permettre l’amélioration des connaissances du territoire, c’est aussi un outil d’émerveillement.

Chloé anime des sorties nature pour présenter le lien entre pollinisateurs et flore locale : le 13 mars à Ménigoute, le 17 mars à Sainte-Néomaye, et le 20 mars à Pamproux.

Car « mieux connaître, c’est mieux préserver », au CPIE Chloé anime les programmes de sciences participatives.

Chloé Jean, chargée de mission environnement :
05 17 31 01 32 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.